..
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les fusillés du bois de la reule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lescure40
chef de groupe
chef de groupe


Nombre de messages : 159
Age : 66
Localisation : Toulouse environs
Date d'inscription : 10/08/2008

MessageSujet: Les fusillés du bois de la reule   Sam 18 Oct 2008 - 21:42

Voici un lieu émouvant, que je vous conseille de visiter.
Il est situé dans la région toulousaine, sur la commune de Gragnague.

Dans un petite clairière : 4 croix de bois dans un fossé, prés d'un monument commémoratif.

Ici furent exécuté 15 maquisards le 27 juin 1944.

Curieuse atmosphère, pesante, poignante, tant le site est encore empli des images du drame.



























Un maquisard aura sûrement quelques renseignements plus précis sur ces martyrs. Je lui laisse la parole.

Gérard
Revenir en haut Aller en bas
AS-GMO
Admin
Admin


Nombre de messages : 8890
Age : 51
Localisation : AUVERGNE
Date d'inscription : 12/10/2007

MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Sam 18 Oct 2008 - 23:19

Merci beaucoup pour les photos et pour cette visite guidée de cet endroit plein de souffrance et d'émotions !
Merci aussi pour l'hommage que tu rends à ces hommes et femmes qui sont morts pour notre Liberté et Démocratie !

Mais voici mes réactions à ces photos de ces plaques :
- L'une d'elles dit que les corps ont été transférés au cimetière de CASTELMAUROU en 1990. Ce qui veut dire qu'avant cette date il était sur les lieux-mêmes de leur mort !? C'est une date relativement récente pour ne pas s'être occupé plus tôt de ces hommes et femmes pour qu'ils reposent dignement dans un cimetière !!!
- Quant à l'autre plaque, c'est la mention Nazis qui me "gonfle" ! Je sais qu'il faut faire l'Europe avec les Allemands d'aujourd'hui mais j'ai horreur de cette réécriture de l'histoire tentant à charger les Nazis et à disculper l'Armée Allemande. Pour moi il n'y a pas de différence ! Car les Anti-Nazis Allemands étaient soient morts fusillés, soient dans les camps de concentrations, soit dans les Maquis après avoir désertés !

Encore merci pour tout et sincères amitiés...
Revenir en haut Aller en bas
Lescure40
chef de groupe
chef de groupe


Nombre de messages : 159
Age : 66
Localisation : Toulouse environs
Date d'inscription : 10/08/2008

MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Sam 18 Oct 2008 - 23:39

Bonsoir AS-GMO,

Merci de ta réponse.
Mon intention n'était pas d'entrer dans un polémique.

C'est vrai que les libellés des plaques de monuments aux morts sont souvent "romantiques" et "mélo". Il n'est pas rare d'y lire "hordes barbares, ennemis sanginaire, etc..."

Et puis, il se peut que ce soient vraiment des nazis qui aient oeuvrés. je tenterais de vérifier.

Ce sont les corps des 5 inconnus qui ont été transférés au cimetière de Castelmauroux, mais rien n'indique qu'ils étaient encore là. peut-être étaient-ils à Toulouse en attendant leur rapatriement.
Ce que je peux dire, c'est que ce lieu est habité par l'esprit de ces martyrs. Il est elloquent par lui même. Suffisamment protégé et entretenu par la municipalité, il conserve son athmospère et son aspect au moment du drame.

Je ne manquerai pas de faire part de tes remarques aux municipalités concernées auprés desquelles, dans un but historique, j'essaierai d'en savoir plus.
A+
Gérard
Revenir en haut Aller en bas
Vercors
envoyé par Londres
envoyé par Londres


Nombre de messages : 1850
Age : 46
Localisation : Dauphiné Libéré!
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Sam 18 Oct 2008 - 23:49

armé1 armé1 armé1 salu

Sans vouloir moi non plus entrer dans une quelconque polémique,je crois qu'il faut savoir distinguer deux choses:

-L'exécution de maquisards pris les armes à la main,chose terrible mais inhérente aux injustes et malheureusement tristes "lois" de la guerre (chez nous,en Algérie les anciens appelaient ça "la corvée de bois"...) et:
-Le massacre de populations civiles ou d'otages...

Ce lieu,comme tant d'autres en France,doit être un lieu de recueillement mais surtout de réflexion sur l'énorme engagement de ceux qui choisir de se battre contre l'occupant et l'inévitable issue dont ils mesuraient tous courageusement le risque,en cas de capture:l'exécution...

Paix à leurs âmes,ou qu'ils soient...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: très émouvant, et ces inconnus ?   Dim 7 Juin 2009 - 20:57

bonsoir,

oui, je suis émue, je parcours au hasard ce forum, et ce n'est pas facile de recevoir autant de chocs émotifs à la file. Sans décerner de gradation j'ai été particulièrement touchée par cet évènement.

En fait moi je recherche l'histoire de qq qui a une identité, ce qui est certes frustrant mais je garde espoir, tandis que ces pauvres anonymes, et pour leurs familles...
Personne n'a cherché à les identifier ? bien sûr juste après la guerre, sans les moyens de communication d'aujourd'hui et la reconstruction des vies en priorité, mais plus tard, au second souffle... comme c'est dommage, il est sans doute trop tard aujourd'hui ;
et je pense aussi à ceux qui les ont attendus jusqu'à leur dernier jour, dans les larmes, alors que la fierté aurait pu, sans doute, mettre un peu de baume sur leur peine, et, pour faire le deuil, il est si important de savoir !
merci pour cette visite,
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Mar 7 Aoû 2012 - 11:07

Bonjour,

Ce petit message pour vous informer que la personne inhumée sous le numéro 43 a été récemment identifiée formellement. Il s'agit d'un parachutiste belge, Charles DE HEPCÉE.

Pour plus d'informations: http://www.bel-memorial.org/photos_abroad/castelmaurou/DE_HEPCEE_Charles_40053.htm.

Amitiés de Belgique

Danny
Revenir en haut Aller en bas
AS-GMO
Admin
Admin


Nombre de messages : 8890
Age : 51
Localisation : AUVERGNE
Date d'inscription : 12/10/2007

MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Mar 7 Aoû 2012 - 12:46

htyjyk et grace à cette info cet homme sort de l'anonimat !

Il repose maintenant sous sa véritable identité.

Sincères amitiés...

_________________


Tu as 2 devoirs dans la vie :
le 1er c'est de servir ton pays !
le 2ème c'est d'entrer en Résistance si ton pays devient fou !
Revenir en haut Aller en bas
Lescure40
chef de groupe
chef de groupe


Nombre de messages : 159
Age : 66
Localisation : Toulouse environs
Date d'inscription : 10/08/2008

MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Jeu 9 Aoû 2012 - 21:39

Bonsoir à tous,

Un article intéressant à ce sujet dans la Dépêche du Midi

http://www.ladepeche.fr/article/2011/06/28/1116834-castelmaurou-hommage-en-souvenir-des-fusilles-de-la-reulle.html


Gérard
Revenir en haut Aller en bas
Lescure40
chef de groupe
chef de groupe


Nombre de messages : 159
Age : 66
Localisation : Toulouse environs
Date d'inscription : 10/08/2008

MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Lun 29 Avr 2013 - 14:53

Bonjour,

Un comité d'historiens cherche toujours à identifier les "fusillés" inconnus.

Nouvel article sur le bois de la Reule. A lire :

http://www.ladepeche.fr/article/2013/04/28/1615961-fusilles-de-la-reulle-le-bois-maudit-revele-ses-secrets.html

Voir aussi le site Belge :

http://www.bel-memorial.org/cities/abroad/france/gragnague_haute-garonne/gragnague_fusilles_bois_de_la_reule.htm

Gérard
Revenir en haut Aller en bas
AS-GMO
Admin
Admin


Nombre de messages : 8890
Age : 51
Localisation : AUVERGNE
Date d'inscription : 12/10/2007

MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Mer 11 Sep 2013 - 21:33

Et aujourd'hui je viens d'apprendre qu'un autre homme fusillé est identifié grâce à son ADN :
http://www.ladepeche.fr/article/2013/09/11/1706548-le-resistant-de-castelmaurou-identifie-par-son-adn.html

C'est une excellente nouvelle pour l'Histoire, pour rendre hommage à cet homme et pour les familles...

Sincères amitiés...

_________________


Tu as 2 devoirs dans la vie :
le 1er c'est de servir ton pays !
le 2ème c'est d'entrer en Résistance si ton pays devient fou !
Revenir en haut Aller en bas
Lescure40
chef de groupe
chef de groupe


Nombre de messages : 159
Age : 66
Localisation : Toulouse environs
Date d'inscription : 10/08/2008

MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Mer 11 Sep 2013 - 22:18

Bonsoir les Maquisards,

merci pour l'info qui m'avait échappé.

Gérard
Revenir en haut Aller en bas
Lioran
Admin
Admin


Nombre de messages : 3450
Age : 44
Localisation : en zone occupée
Date d'inscription : 14/08/2010

MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Jeu 12 Sep 2013 - 1:30

Bonjour en vacance pas loin j'y suis repassé cet été..




vraiement content de ce nouveau rebondissement.
Un héros de l'Armée des Ombres qui revient parmi nous !! cheers


Marcel JOYEUX
Revenir en haut Aller en bas
Gros Jean
Moderateur
Moderateur


Nombre de messages : 1587
Age : 44
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Jeu 12 Sep 2013 - 7:12

Très bonne nouvelle, en effet...
Espérons que les progrès de la science puisse résoudre encore d'autres mystères et permettre d'honorer tous ces "oubliés".

salu 

_________________
"Unis comme à Eysses"

Maquis du Lot-et-Garonne, groupes FTP de la R4, et colonne FFI Schneider (Groupe Mobile du Sud-Ouest)
Revenir en haut Aller en bas
Gros Jean
Moderateur
Moderateur


Nombre de messages : 1587
Age : 44
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Lun 27 Oct 2014 - 8:35

Bonjour.


En avant-propos, voici un article de ''LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE'' sur Marcel Joyeux :

============================

LA NOUVELLE REPUBLIQUE
Vienne L’histoire du jour

Marcel Joyeux, l'inconnu du Bois de la Reule
31/10/2013

Histoire émouvante que celle de Jean-Pierre Joyeux qui a retrouvé les traces de son père, disparu en 1944, grâce à l’évolution des techniques de recherche sur l’ADN.




A 73 ans Jean-Pierre Joyeux vit un moment extraordinaire de sa vie. Son père Marcel disparu depuis 1944 vient d'être retrouvé. Il faisait partie des fusillés inconnus du Bois de le Reulle dit « Le Bois maudit », à Castelmaurou, au nord de Toulouse.

Personnage méconnu , Marcel Joyeux dit « Joly l'intrépide », alors capitaine, a cependant joué un rôle important dans la Résistance.
" La boucle est enfin bouclée "
Jean-Pierre, son fils, raconte : « je suis né en 1939 peu de temps avant que mon père ne prenne la maquis. Il était responsable des groupes francs et adjoint direct de Serge " Ravanel ". Ma mère était agent de liaison entre Toulouse, Limoges et Lyon au sein du réseau " Combat ". Je vivais alors chez mes grands-parents à Jaunay-Clan. En 1943 ma mère, toujours membre actif de la Résistance, est venue me rechercher. Mon père a été arrêté le 24 mars 1944. Ma mère et moi avons alors vécu cachés par des résistants dans La Montagne noire au sud-ouest du Massif-Central et étions persuadés que papa était mort en déportation ». Un matin de septembre 2012 un appel téléphonique apprend à Jean-Pierre qu'il y aurait une piste sur les causes de la mort de son père. « Il aurait été fusillé le 27 juin 1944 dans le Bois de la Reulle ». Surprise ! La vérité va-t-elle enfin être connue ? Des squelettes ayant été retrouvés dans le bois et envoyés à Strasbourg pour analyses ADN, Jean-Pierre Joyeux est contacté par l'équipe de Castelmaurou pour qu'il se soumette lui aussi à ces tests. En 2013, son ADN est repérée sur un des squelettes. « La boucle est enfin bouclée » soupire Jean-Pierre.
Identité retrouvée

Marcel Joyeux est donc un nouveau résistant « inconnu » à retrouver son identité par une méthode scientifique qui contribue non seulement à mieux lire l'histoire mais aussi à redonner une dignité à ses héros.
Une fois encore la persévérance des chercheurs a permis à des combattants de la liberté de sortir de l'ombre et à leurs familles de leur rendre un dernier et poignant hommage.

L'équipe de recherches de Castelmaurou arrivera à Jaunay-Clan le mardi 5 novembre vers 16 h avec les restes du commandant Marcel Joyeux. Ils seront inhumés au cimetière du bourg dans la tombe familiale lors d'une cérémonie patronnée par le Souvenir français départemental.

_________________
"Unis comme à Eysses"

Maquis du Lot-et-Garonne, groupes FTP de la R4, et colonne FFI Schneider (Groupe Mobile du Sud-Ouest)
Revenir en haut Aller en bas
Gros Jean
Moderateur
Moderateur


Nombre de messages : 1587
Age : 44
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Lun 27 Oct 2014 - 8:45

Un nouvel héros sort de l'oubli... Quelle émotion.
Pierre CARTELET a été identifié grâce à l'ADN.

salu  salu  salu


===================================

LA DEPECHE
L'identité retrouvée du Résistant inconnu

Publié le 20/09/2014


Les SS obligés par les Alliés à porter les corps des résistants fusillés dans le bois de la Reulle

Le matin du 27 juin 1944. Des camions allemands bâchés traversent le village de Castelmaurou, au nord de Toulouse. Effrayés, des habitants rentrent chez eux. Le «Mal» est dans ce convoi qui s'engouffre maintenant dans le bois de la Reulle, tout près de là. Peu après, tuant d'abord le silence de la campagne, les mitraillettes retentissent. En plusieurs salves. Trois mois plus tard, poussés par des rumeurs sordides que renforcent des paroles entendues dans la bouche de soldats SS ivres, des habitants pénètrent les lieux. Ils y découvrent l'horreur. Sous des monticules de terre, des corps à peine enfouis. Quinze au total. Dix seront identifiés facilement. Tous sont des résistants, qui après avoir creusé leur tombe, ont été fusillés. Assassinés, plutôt, par des barbares, les hommes du lieutenant SS Anton Philip. Mais qui sont les cinq autres morts… ?

Il aura fallu près de soixante-dix ans pour que le mystère soit en partie levé, après le long travail effectué par le Groupe de recherche des fusillés du bois La Reulle, une association réunissant des femmes et des hommes de Castelmaurou et Gragnague, dans le nord-est toulousain. Et ces jours-ci, c'est un nouveau combat contre l'oubli que l'équipe vient de remporter. Un autre résistant jusqu'alors inconnu, a été identifié. Il s'agit de Pierre Cartelet, lui aussi abattu dans le bois maudit. Né dans les Ardennes, l'ancien instituteur était responsable, en 1940, des compagnons de France à Tuhir, Perpignan, Vernet et Prada. Il avait organisé le réseau Alliance (lire ci-contre).

L'ADN au cœur de l'enquête

Victime tombée sous les balles de la honte, Pierre Cartelet comptait jusqu'à cet été parmi les trois derniers corps sans nom enterrés à Castelmaurou, des âmes perdues devenues au fil des ans une des raisons de vivre du groupe d'historiens. Mais patience et acharnement finissent toujours par payer. En 2012, le groupe identifie l'aviateur Charley de Hepcée et, l'an dernier, Marcel Joyeux, bras droit de Ravanel (lire encadré).

Les deux résistants retrouvaient ainsi leur nom confirmé par une technique toujours plus performante et plus pointue : l'analyse de l'ADN. C'est précisément ce procédé qui, une nouvelle fois, a permis de valider l'identité de Pierre Cartelet.
Avant, il aura cependant fallu éplucher les pages parfois confuses, souvent sombres, des nombreux récits relatant l'épopée de ces hommes de l'ombre devenus architectes de nos libertés. Mais le travail de fourmis réalisé à travers les méandres de l'histoire et son interprétation parfois inexacte, ses pièges aussi, a conduit à un double succès. Les couloirs du temps empruntés par les enquêteurs leur ont également permis de lever le voile sur des mystères qu'on avait fini par écarter faute d'indices suffisants. «C'est le cas pour Pierre Cartelet. Il est mort au moins cinq fois, en divers endroits ! Depuis Perpignan jusqu'à Lyon. C'est là qu'on mesure l'immense travail fait par le groupe», explique Georges Muratet, président de l'association.

La piste du neveu

Des mois entiers seront consacrés à cette quête. Pendant que l'un recherche les liens familiaux, des contacts, l'autre fait des courriers, consulte des livres, des lettres, recueille diverses informations… Il faut tout éplucher, imaginer des scénarios, comparer des témoignages d'époque souvent difficiles à déchiffrer.

La démarche est chaque fois la même, passionnante, mais laborieuse. Et pour remonter jusqu'à Pierre Cartelet, rien n'est facile ! «Il n'existe pas d'actes de décès. Aucun des cimetières des villes où son nom est apparu ne confirmait sa présence. En revanche, plusieurs hypothèses laissaient penser qu'il avait été fusillé en même temps que le colonel Guillaut et le lieutenant Prunéta. Mais on avait quand même un nom. Il restait à le vérifier…», confie Georges Muratet.

L'identification par l'ADN. C'est la dernière étape de la recherche. Là encore, c'est le parcours du combattant. Pour vérifier l'identité de Pierre Cartelet, il faut remonter dans sa famille. Or, de celle-ci, il ne reste aujourd'hui plus, ou presque personne. «Ses parents sont décédés, ainsi que son frère et sa sœur. René Durand a eu l'idée de l'arbre généalogique qui nous a sortis de l'ombre et ouvert des portes…», dit le président de l'association.

L'équipe fait alors une ultime découverte. Un neveu de Pierre Cartelet est toujours en vie ! Jean-Louis Pilon, est contacté, chez lui, à Sedan. Il accepte aussitôt de travailler avec le groupe haut-garonnais. Il livre alors ses prélèvements de salive destinés à la comparaison avec le défunt. L'épilogue de la longue enquête est à ce moment-là déjà écrit. Le procureur de la République, en liaison avec la famille mais aussi l'institut médico-légal de Strasbourg, confirme à l'équipe ce qu'elle attend depuis si longtemps : le corps est bien celui qu'ils pensaient. Pierre Cartelet était malheureusement dans le funeste convoi, ce 27 juin 1944.

Son nom sera bientôt inscrit dans le marbre, sur la longue liste des martyrs de La Reulle. Mais surtout, le voilà qui s'apprête à recevoir des funérailles, enfin, à Castelmaurou, où sa famille a souhaité qu'il repose pour toujours. Cela fait treize corps identifiés. Dans le petit caveau du village, deux résistants restent donc toujours inconnus. La tragédie des fusillés de La Reulle n'a pas encore révélé tous ses secrets.

«Mon oncle avec un O majuscule»

Nous avons joint, à son domicile ardennais de Sedan, Jean-Louis Pilon, le neveu de Pierre Cartelet. Pour ce membre de la famille du résistant, l'annonce de l'identification de son oncle a été «plus qu'une grande émotion. Nous parlions peu de lui parce qu'il s'agissait d'un drame pour la famille. Mais sa photo était partout chez mes parents. Pour nous, il était mort soit à Perpignan, soit à Toulouse. Certes, je ne pouvais évoquer son nom à ma mère qui fondait en larmes aussitôt. Mais je l'admirais. Jeune, je me suis même rapproché de résistants de ma région pour essayer d'avoir une image plus nette de lui. Je me l'imaginais comme eux. C'était mon oncle Pierre avec un «O» majuscule ! Mais c'est presque plus encore le travail du groupe de recherche que je salue ici. Nous avons pensé qu'il serait mieux que mon oncle Pierre soit inhumé à Castelmaurou, avec ses amis de combat. Il vivait plus dans votre région que dans la mienne. L'hommage lui rendu bientôt…»

Repères

Pierre Cartelet
Georges Muratet présente ainsi Pierre Cartelet : «Il est né le 26 janvier 1912 à Taillette par Rocroi dans les Ardennes. Il était instituteur à Mézières, également dans les Ardennes. Prisonnier de guerre évadé du Stalag, il est ensuite enrôlé dans les compagnons de France puis nommé chef départemental à Perpignan. Il organisa également une filière de passage clandestin avec Charles Blanc, Louis Mahé de Boislandelle. Traqué par la gestapo, il a dû rejoindre Toulouse où il a été arrêté le 11 mai 1944.Transféré à la prison Saint-Michel, à Toulouse,il fait ensuite partie du tristement célèbre convoi de La Reulle.

Marcel Joyeux
En 2013, toujours grâce à l'analyse d'ADN, le capitaine de l'armée de l'air française Marcel Joyeux a été identifié. Son fils, Jean Pierre, était convaincu qu'il avait péri en déportation. Son retour dans son fief en Poitou à Jaunay le Clan a donné lieu à une cérémonie émouvante. Depuis, les deux familles ont rejoint le groupe de recherches et lui apportent leur soutien et leur concours.

Charley de Hepcée
En 2012, grâce aussi à la ténacité d ‘une famille belge recherchant le père disparu pour fait de résistance, le premier inconnu des cinq fusillés du bois de la Reulle a pu retrouver son identité. Il s'agit du major de l'armée de l'air belge Charley de Hepcée.
Les restes du corps ont été rapatriés au village de Halloy. Son retour dans sa terre natale, le 24 juillet 2012 a été l'objet d'une cérémonie et hommage national en présence du représentant du roi et de membres du groupe de recherches.

_________________
"Unis comme à Eysses"

Maquis du Lot-et-Garonne, groupes FTP de la R4, et colonne FFI Schneider (Groupe Mobile du Sud-Ouest)
Revenir en haut Aller en bas
gwen 44
chef de groupe
chef de groupe


Nombre de messages : 150
Age : 17
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 08/08/2014

MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Lun 27 Oct 2014 - 11:15

Merci beaucoup de nous avoir fait partager cette malheureuse histoire de ce maquis et de c'est membres et merci encor pour c'est photos !!! htyjyk htyjyk
Revenir en haut Aller en bas
rve0800
envoyé par Londres
envoyé par Londres


Nombre de messages : 499
Age : 41
Localisation : valence
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Mar 28 Oct 2014 - 8:38

Bonjour

hommage peut lui être rendu , sa famille a pu enfin découvrir la vérité .

Mieux vaut tard que jamais .



Merci .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les fusillés du bois de la reule   Aujourd'hui à 19:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Les fusillés du bois de la reule
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aliens des bois champignon pieuvre
» bois de cèdre
» realisation socles en bois de freddo
» [Tuto] Des jolis bois
» Réédition de Gabriel Ferry, Le Coureur des bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Maquisards de France :: Devoir de mémoire :: Lieux de mémoire-
Sauter vers: